BILLET D’UN CHANTEUR WALLON    
   

Tout le monde doit convenir du bouleversement apporté par les élections du 26 mai 2019. Le triomphe inattendu du Vlaams Belang suscite l’indignation et une gamme diverse de craintes. Aux uns, c’est la démocratie qui en péril. Pour d’autres, c’est l’unité du pays, celui-ci apparaissant «désarticulé», selon B. Delvaux dans Le Soir. C’est que la Belgique serait désormais en proie au «retour des démons extrémistes» (même journal). B. Delvaux attribue aussi le développement des «partis qui agitent la haine et le rejet de l’autre», c’est-à-dire les forces négatives de division, à ces «partis extrémistes», à tous ceux qui veulent «légitimer, décomplexer et banaliser les propos et les votes extrémistes», etc.

On peut s’étonner que ces facteurs de division rassemblent – sur les photos de la première page du Soir – le PTB et le Vlaams Belang. Dans son discours de victoire à la caserne Fonck de Liège, Raoul Hedebouw n’a-t-il pas réaffirmé qu’«il est essentiel pour le PTB, parti national, de ne pas diviser le pays»? Comment un parti qui inscrit parmi ses fondements politiques cette unité de la Belgique (et qui fait donc élire à la Chambre, pour Liège, de manière très cohérente, un Flamand, Gaby Colebunders, de Genk) se positionnera-t-il si Bart De Wever est lui-même cohérent? De Wever déclare en effet : «Il faut bien constater qu’une Flandre nationaliste a été choisie par les électeurs.»  Il exclut par ailleurs tout gouvernement national qui serait formé sans tenir compte de la victoire flamande. Dans cette hypothèse, il promet une accélération radicale du mouvement constitutionnel vers le confédéralisme. Pour que ce soit bien clair, il annonce: «J’ai déjà discuté avec le Vlaams Belang par le passé et je vais les rencontrer comme les autres partis.» Bref, le cordon sanitaire de 1991 est déjà dénoué…

Laissons au PS la désolation de Paul Magnette, qui se dit «terrifié par le résultat en Flandre». Ceci offre-t-il une garantie de ne pas se compromettre avec la N-VA dans un gouvernement – si cette dernière poursuivait et concluait ses «discussions» avec le Belang par un accord? Une place au fédéral vaut bien un petit oubli, si Di Rupo est très attiré par le premier fauteuil du pays. Mais revenons plutôt aux déclarations du PTB à la caserne Fonck (où je nettoyais allègrement les parquets et les toilettes lors de mon lointain service militaire). Damien Robert, premier suppléant et chef de groupe du PTB à Seraing, ville qui envoie Alice Bernard au Parlement wallon («coup d’essai» et «coup de maître», commente La Meuse), Damien Robert, donc, s’écrie: «Nous en avons marre d’être dirigés par les Flamands» (La Meuse, 27 mai, p. 13). On peut comprendre qu’il fasse suivre cette revendication, comme il convient, par celle qui porte au triomphe son parti: «Il faut que cela change. Cela dure depuis trop longtemps. Il faut véritablement prendre en compte le vote des électeurs…» Mais que répondra-t-il si les électeurs du Nord, déjà à quasi 45 % dans leur communauté, s’avisaient de réclamer cette fameuse division du pays, cette République Flamande qui est tout de même dans la charte de la N-VA et de plus en plus, avec le Belang, dans les gènes flamands? La solidarité «Wallo-flamande» du PTB pourra-t-elle est invoquée pour s’accorder avec une évolution programmée?

Bref, vers qui se tourneront les électeurs du PTB pour défendre la Wallonie qui en aurait «marre d’être dirigée par des Flamands»? Tant qu’à faire des pronostics, on peut croire qu’un espace d’adhésion se créera, si la popularité du PTB décroissait au vu des résultats effectivement obtenus, du côté d’un «patriotisme» wallon et de ses gilets jaunes et autres «insoumis». L’idéal des partisans d’André Renard et les slogans de réforme de structure anticapitalistes qu’on lisait, quand j’avais quinze ans, sur les murs de l’école primaire de la Cité Wauters, à Herstal, font-ils définitivement partie des souvenirs nostalgiques?  Avec le groupe Bastin-Yerna et d’autres vieilles lunes? Qui vivra verra.

– Daniel Droixhe, le 27-05-19

).

 

Copyright © 2017 - Elmore D.  Photo Credits